Divination et prophétie dans le théâtre de Shakespeare: Herméneutique et poétique

English summary: click here.

Thèse de Doctorat de l’Université de Paris-X Nanterre, sous la direction d’Ann Lecercle, soutenue le 13 décembre 2007.

Jury: Line Cottegnies (Paris 3), François Laroque (Paris 3), Ann Lecercle (Paris 10), Yves Peyré (Montpellier 3), Sylvain Piron (EHESS).

Résumé

A partir de huit pièces — deux pièces romaines (Jules César et Coriolan), deux « romances » (Le Conte d’hiver et Cymbeline), trois « histories » (2 Henry VI, Richard II et Richard III), et Macbeth —, il s’agit d’analyser le rôle des prophètes, des prophéties et de la divination dans le théâtre de Shakespeare. En partant de l’analyse de sources antiques (Cicéron et Plutarque) et de sources contemporaines (Bacon et Montaigne, notamment), ce travail montre d’abord que la « survivance » des dieux justifie la « survivance » de pratiques divinatoires. Ainsi, la présence-absence du dieu Mars dans les pièces romaines met en évidence l’influence des dieux sur la destinée des hommes, une influence qui procède par détournement. L’analyse des rituels divinatoires païens, notamment l’oniromancie et la consultation des augures ou des oracles, distingue les prêtres des sorciers interprètes-herméneutes. L’analyse de pratiques païennes déviantes dans un cadre chrétien, le spiritisme et la nécromancie, met en évidence la spécificité des prophéties chrétiennes, tout en posant le problème de l’interprétation de prophéties prononcées par des « esprits » équivoques. L’étude des tétralogies shakespeariennes permet d’explorer le rôle des prophètes autoproclamés dans un cadre historique apocalyptique, et l’importance des noms dans les prophéties dynastiques de la Guerre des Deux-Roses. Enfin, un examen du problème spatial, et non plus simplement temporel, posé par les prophéties, montre à quel point la situation marginale des théâtres élisabéthains fait partie intégrante du caractère prophétique et « outrancier » du drame shakespearien.

Mots-clés

Shakespeare, William (1564-1616) – Divination – Prophéties – Théâtre anglais – 16e siècle


Table des matières

Introduction

1 La survivance des cultes divinatoires antiques

1.1 Une tradition en péril ?

  • 1.1.1 Cicéron et la superstition
  • 1.1.2 Plutarque et la disparition des oracles
  • 1.1.3 Qu’est-ce que l’inspiration prophétique ?

1.2 Les « survivances » de la divination

  • 1.2.1 Les images fantômes de l’Histoire
  • 1.2.2 L’évhémérisme et la survivance des dieux

2 Divination et stratégies de l’indirection : l’exemple de Mars

2.1 L’absence des dieux dans Julius Caesar

  • 2.1.1 Apostrophes et antonomases
  • 2.1.2 Le rite des Lupercales
  • 2.1.3 Un rite de fertilité
  • 2.1.4 « Beware the ides of March ! »
  • 2.1.5 Ides, tides, sides : prothèses et bear-baiting
  • 2.1.6 Traces fantomatiques

2.2 Coriolanus : « Name not the god ! »

  • 2.2.1 Nomen erat omen
  • 2.2.2 Du nom au surnom
  • 2.2.3 « He is a kind of nothing, titleless » : pit et pot

3 Pratiques divinatoires : de Delphes à Rome

3.1 Songes et inspiration dans Cymbeline et The Winter’s Tale

  • 3.1.1 Les soupçons : « Infection of my brains »
  • 3.1.2 Du soupçon à la connaissance
  • 3.1.3 Songes et inspiration : « tender air » et mulier
  • 3.1.4 « The ear-deaf ’ning voice o’ th’ Oracle »
  • 3.1.5 La Pythie et le prêtre d’Apollon
  • 3.1.6 Jupiter triumphans : le rêve de Posthumus

3.2 Augures et omina dans Julius Caesar

  • 3.2.1 Les sacrifices auguraux
  • 3.2.2 Les auspices : symbolisme animalier et phénomènes célestes
  • 3.2.3 Les devins : des hommes d’appareil ?

4 Des usages du spiritisme et de la démonologie

4.1 Spirits : de l’incorporel au surnaturel

  • 4.1.1 Spirit et spirit : souffle de vie et souffle de Dieu
  • 4.1.2 « as the Spirit gave them utterance »
  • 4.1.3 Sprites et spirits : des personnages aux apparitions

4.2 Les spirits trompeurs dans 2 Henry VI et Macbeth

  • 4.2.1 Le cérémonial de la convocation des esprits dans 2 Henry VI
  • 4.2.2 Apparitions et jugglers dans Macbeth
  • 4.2.3 Amphibologie ou « th’equivocation of the fiend »
  • 4.2.4 « Let’s see the devil’s writ » : herméneutique diabolique
  • 4.2.5 Casuistique et prophéties contre-nature
  • 4.2.6 Retour aux sources : le Diable et ses incarnations

5 Eschatologie et prophéties dynastiques

5.1 Histoire et Apocalypse dans Richard II

  • 5.1.1 Millénarisme(s) et fins de siècle
  • 5.1.2 John of Gaunt mourant, prophète autoproclamé
  • 5.1.3 Carlisle, homme d’église et prophète autoproclamé
  • 5.1.4 Apocalypse et lollardisme, du XIVe au XVIe siècle
  • 5.1.5 Prémonitions féminines et préfigurations de l’Antéchrist

5.2 Des noms de Dieu et de l’Antéchrist dans Richard III

  • 5.2.1 « The king’s name is a tower »
  • 5.2.2 De Richard à Richmond : « The dog is dead »
  • 5.2.3 Processions fantomatiques et prophéties dynastiques

6 Territoire prophétique : « utterance » et outrance

6.1 L’art de la mémoire : mémoire et topographie

  • 6.1.1 De l’art de la mémoire aux prophéties
  • 6.1.2 Terre Promise ou Nouveau Monde ?
  • 6.1.3 Prophéties topographiques

6.2 Territoire prophétique, territoire marginal

  • 6.2.1 Les Liberties : un territoire « outrancier »
  • 6.2.2 Centre / périphérie : une dynamique du pouvoir
  • 6.2.3 La centralisation de l’Angle-terre

Conclusion

Annexe

Bibliographie

Index